12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close
  • Accueil
  • Admettre qu’on ne va pas bien : un défi pour les agriculteurs

Admettre qu’on ne va pas bien : un défi pour les agriculteurs

Admettre qu’on ne va pas bien : un défi pour les agriculteursFédération UPA Outaouais-Laurentides
Yvan Bastien, producteur de lait de Sainte-Anne-des-Plaines

La Fédération UPA Outaouais-Laurentides et Écoute agricole des Laurentides (ÉAL) saisissent l’occasion de la Semaine nationale de prévention du suicide, qui se déroule jusqu'au 8 février, pour donner la parole aux agriculteurs.

Dans une série de capsules vidéo, ceux qui produisent les aliments se trouvant dans notre assiette abordent le sujet sensible de la santé psychologique.

Dans son témoignage, Yvan Bastien, producteur de lait à la ferme GeoBastien de Sainte-Anne-des-Plaines, a parlé de sa détresse psychologique et du déni qui devient souvent un refuge dangereux. « Quand on descend jusqu’au fond du baril, on se rend pas compte de ce qui nous arrive, on a de la difficulté à admettre qu’on va pas bien, on a de la difficulté à se rendre compte que c’est parce qu’on en fait trop, alors qu’on a l’impression de ne pas en faire assez. »

Les capsules seront dévoilées une à une, à raison d’une par semaine, sur les pages Facebook de la Fédération et d'Écoute agricole des Laurentides, qui offre des services d'écoute et d'accompagnement pour le milieu agricole dans la région.

Détresse psychologique

L'UPA indique que selon une enquête réalisée en 2006 par les chercheuses de l'UQAM Ginette Lafleur et Marie-Alexia Allard, 51 % des producteurs agricoles au Québec vivent un niveau élevé de détresse psychologique, alors que ce pourcentage est de 20 % dans la population générale.

Les aléas du climat, des programmes d’aide financière inadéquats, un travail exigeant offrant peu d’occasions de répit, la pression et l’orgueil liés à la survie d’une entreprise qui se transmet de génération en génération sont des facteurs qui expliquent le stress vécu par les producteurs.

« Pour moi, c’est important que les gens sachent qu’on n’est pas infaillible, qu’on n’est pas indestructible », dit Yvan Bastien, qui cherche, en parlant ouvertement d’une période difficile de sa vie, à avoir un impact positif sur son entourage.

Si vous ou un de vos proches êtes en détresse, appelez sans frais au 1 866 APPELLE [277-3553].

En direct de 18:00 à 00:00
1763
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.